Laboratoire du Changement Social et Politique


Membres


Les masters


Plateforme des savoirs critiques


Dossiers


Revues et collections


Étudiant-e-s sans papier


Liens externes


Dernières Parutions





Eric Dufour

Professeur des universités



Enseignements à l’UFR LAC (Lettres, arts et cinéma) en licence et en master Cinéma et audiovisuel
Responsable du master Cinéma et audiovisuel

ericandredufour75@gmail.com

Parcours professionnel

  • Depuis septembre 2014 Professeur des Universités (Université de Paris)
  • 2008-2014 Professeur des Universités Université de Grenoble Alpes
  • 2000-2003 Professeur agrégé de philosophie, Lycée Paul Éluard (Saint-Denis, 93)
  • 1999-2003 Professeur agrégé de philosophie, Lycée Eugène Delacroix (Drancy, 93)
  • 1994-1999 Professeur agrégé de philosophie, Lycée Aristide Briand (Évreux, 27)
  • 1992-1994 Professeur agrégé de philosophie, Lycée technique Modeste Leroy (Evreux, 27)
  • 1990-1992 Professeur agrégé de philosophie, Lycée technique A. de Tocqueville (Cherbourg, 50)
  • 1989-1990 Professeur agrégé de philosophie, Lycée Marie Curie (Vire, 14)
  • 1988-1989 Stage de Capes au lycée F. de Malherbe (Caen, 14)
  • 1985-1988 Maître-auxiliaire dans l’académie de Rennes

Formation

  • 2013 Habilitation à Diriger des Recherches en études cinématographiques, avec un dossier dirigé par le Pr. J.-L. Bourget intitulé : Histoire et philosophie du cinéma. Soutenance le 16 novembre 2013 (ENS rue d’Ulm), devant un jury composé de : Pr. Vincent Amiel, Pr. Laurent Jullier, Pr. Raphaëlle Moine, Pr. Jacqueline Nacache, Pr. Leonardo Quaresima.
  • 2006 Habilitation à Diriger des Recherches en philosophie, avec un dossier dirigé par le Pr. F. Fischbach intitulé : Philosophie allemande, philosophie de la connaissance, esthétique (musique et cinéma). Soutenance le 28 novembre 2006 (Université de Toulouse Le Mirail), devant un jury composé de : Pr. Daniel Charles, Pr. J.-F. Courtine, Pr. Massimo Ferrari, Pr. M. Fichant, Pr. J.-M. Vaysse.
  • 1995 Thèse de doctorat soutenue le 9 décembre (Université de Paris I Panthéon Sorbonne), sous la direction du Pr. B. Bourgeois, intitulée : Connaissance et action : Nietzsche face à Kant, devant un jury composé de : Pr. E. Blondel, Pr. D. Folscheid, Pr. A. Philonenko. Mention très honorable à l’unanimité.
  • 1991 D.E.A. de philosophie, Université de Rennes 1. Mémoire intitulé : Nietzsche et la musique, sous la direction du Pr. A. Clair.
  • 1989 Agrégation de philosophie (53e)
  • 1988 Capes de philosophie (7e)
  • 1986 Maîtrise de philosophie (Université de Rennes 1). Mémoire intitulé : Le langage du désir, sous la direction du Pr. F. Jacques
  • 1985 Licence de philosophie (Université de Rennes 1), mention bien
  • 1984 Deug de philosophie (Université de Rennes 1), mention assez bien
  • 1982 Baccalauréat, section économique et social

Publications

I) Ouvrages

A) Esthétique, cinéma, musique

Ouvrages

1. Dans la tête de Woody Allen. Le cinéma, Dieu, le sexe et le reste, Paris, Armand Colin, octobre 2017.
Ce livre porte sur l’œuvre de W. Allen et analyse le contenu (sous-texte politique et social) en rapport avec la forme qui l’exprime. Il fait apparaître un W. Allen libertaire et souligne les caractéristiques stylistiques propres à sa manière de filmer.

2. La valeur d’un film. Philosophie du beau au cinéma, Paris, Armand Colin, 2015.
Ce travail d’esthétique appliquée fait une typologie de toutes les positions qui ont été soutenues sur la question des critères d’appréciation d’un film (position esthétique ou formaliste, position politique ou contenuiste, etc.). Il propose en outre une thèse inédite sur la question.

3. Qu’est-ce que le mal, Monsieur Haneke ?, Paris, Vrin, 2014.
Ce travail est une analyse de l’œuvre cinématographique du cinéaste Michael Haneke, qui met à jour les constantes thématiques (la critique sociale dans ses différentes dimensions, la distanciation et l’autoréférence) et stylistiques (le long plan fixe, le rôle du hors champ, le statut de la musique, etc.).

4. Le mal dans le cinéma allemand, Paris, Armand Colin, 2014.
Ce livre est une histoire du cinéma allemand, depuis l’expressionnisme jusqu’à aujourd’hui, à l’aune du concept du mal. Il décline en somme les figurations du mal dans ce cinéma, en montrant la manière dont, d’une part, cet art incorpore et exprime les préoccupations des autres formes culturelles sédimentées dans l’histoire de l’Allemagne (philosophie, poésie, littérature, musique) et, d’autre part, comment l’histoire du cinéma allemand du vingtième siècle reflète, telle la monade leibinizienne, l’histoire de l’Allemagne.

5. Le cinéma de science-fiction : histoire et philosophie, Paris, Armand Colin, 2011.
Ce livre renferme d’abord une partie historique où on montre la manière dont la SF se constitue comme genre à part entière dans le cinéma américain classique, puis se développe dans les autres pays avec, à chaque fois, une physionomie propre. Il contient ensuite une partie plus philosophique, qui met en évidence ce que véhiculent ou impliquent les constructions narratives et les figures stylistiques (i.e. l’utilisation du montage et la construction du plan) du point de vue esthétique, métaphysique, politique et social.

6. Les monstres au cinéma, Paris, Armand Colin, 2009.
Ce travail est une typologie des différents types de monstruosité, qui porte aussi sur la question du critère permettant d’établir cette typologie, d’une part, et d’autre part, il tente de montrer quels sont les moyens du cinéma pour présentifier ces types de monstruosité (à savoir la monstration ou figuration, la suggestion et l’expression).

7. Qu’est-ce que le cinéma ?, Paris, Vrin, 2009.
Ce texte traite, d’abord, la question de savoir si le cinéma est un langage (polémique Metz-Deleuze), et ensuite celle de comprendre la spécificité du médium cinématographique (qu’est-ce que raconter par des moyens proprement cinématographiques une histoire ?).

8. David Lynch : image, matière et temps, Paris, Vrin, 2008 ; réédition en 2020 avec une Postface inédite de 20 pages sur Twin Peaks saison 3.
Il s’agit de mettre en évidence les constantes thématiques et, surtout, stylistiques de l’œuvre du cinéaste David Lynch, au sein d’une approche qui n’est pas historique mais proprement esthétique, et qui par ailleurs analyse la manière singulière dont ce cinéaste utilise le rapport entre son et image.

9. Le cinéma d’horreur et ses figures, Paris, P.U.F., 2006.
Ce livre, qui n’est pas historique, tente, en premier lieu, de distinguer le cinéma d’horreur du cinéma fantastique, et, en second lieu, de proposer une classification, non pas des thèmes, mais des figures stylistiques, donc proprement audiovisuelles, qu’on trouve dans le cinéma d’horreur.

10. Qu’est-ce que la musique ?, Paris, Vrin, 2005.
Cet essai s’articule autour de la question de savoir si la musique représente ou exprime quelque chose, et fait une histoire de la question (du romantisme allemand jusqu’à la sémantique de Nattiez en passant par l’esthétique formaliste). Il aboutit ainsi à la question de savoir ce qu’est un discours légitime sur la musique, essentiellement traitée à travers un texte de Wittgenstein.

11. L’esthétique musicale de Nietzsche, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2005.
Cet ouvrage, dont certains chapitres proviennent d’articles antérieurs remaniés, propose une vue systématique sur la question « Nietzsche et la musique », en donnant une généalogie à cette question (importance du romantisme allemand), en montrant la périodisation de la pensée de Nietzsche (et aussi le fait que la réponse à la question dépend de choix philosophiques fondamentaux) et, enfin, en montrant le rapport entre ce que Nietzsche dit de la musique et la musique qu’il fait.

Ouvrages écrits en collaboration

1. Analyse d’une œuvre : « Fenêtre sur cour » (A. Hitchcock, 1954), en collaboration avec L. Jullier, Paris, Vrin, 2019.

2 . Analyse d’une œuvre : « Mort à Venise » (L. Visconti, 1971), en collaboration avec L. Jullier, Paris, Vrin, 2018.

3. Analyse d’une œuvre : « Lola Montès » (M. Ophuls, 1955), en collaboration avec J. Servois (dir.) et L. Jullier, Paris, Vrin, 2011.

4. Analyse d’une œuvre : « Casque d’or » (J. Becker, 1952), en collaboration avec L. Jullier, Paris, Vrin, 2009.

5. Analyse d’une œuvre : « L’homme à la caméra » (D. Vertov, 1929), en collaboration avec J.J. Marimbert (dir.) et L. Jullier, Paris, Vrin, 2009.

6. Analyse d’une œuvre : « La mort aux trousses » (A. Hitchcock, 1959), en collaboration avec J.-J. Marimbert (dir.), L. Jullier et J. Servois, Paris, Vrin, 2008.

Tous ces travaux qui relèvent d’une collaboration entre philosophes et théoriciens du cinéma entrent dans l’esthétique appliquée, puisqu’ils cherchent à saisir, à l’aune d’analyses du fonctionnement du récit c’est-à-dire de l’organisation des images (point de vue, échelle, raccord, etc.), comment est construit un film singulier. En outre, le film est à chaque fois mis en rapport avec l’œuvre du cinéaste (d’où la question du style) et avec le contexte historique et culturel dans lequel l’œuvre est produite.

Direction d’ouvrages

1. Le national-socialisme dans son cinéma, revue de l’Institut des Langues et des Cultures d’Europe et d’Amérique (ILCEA, E.A. 613), co-dirigé avec F. Genton, juin 2015 (https://ilcea.revues.org/3289).
Cet ouvrage (actes d’un colloque fait à Grenoble en 2013) fait le point sur le cinéma nazi et sur les lectures qui en ont été faites depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il insiste particulièrement sur la question du rapport entre le divertissement et la propagande.

2. Une anthologie du rythme, direction du volume en collaboration avec G. Mathon, Filigrane, n° 8, 2009.
Cet ouvrage tente de faire le point sur la question du rythme musical en systématisant, grâce aux contributions de chercheurs venus de différents horizons et s’intéressant à la musique dans sa diversité, les différentes questions qui ont pu être posées à ce sujet.

B) Philosophie allemande

Ouvrages

1. Qu’est-ce que la critique sociale ?, Paris, Vrin, collection Chemins philosophiques, à paraître en 2022.
Ce petit essai s’interroge sur les conditions de la critique sociale. Les questions essentielles soulevées sont de savoir si toute critique sociale est nécessairement de l’ordre de la verbalisation (car des actes de résistance sont tout autant de la critique sociale), si elle s’effectue nécessairement en vertu d’un idéal normatif quelconque, et, enfin, si la critique est nécessairement ponctuelle et partielle, sans jamais pouvoir être totale, critique du « système ».

2. Aux origines de la critique politique et sociale : Bruno Bauer et les Jeunes Hégéliens, Paris, Vrin, à paraître en 2022.
Ce livre est consacré à Bruno Bauer et à la manière dont celui-ci développe toute une critique sociale qui est en même temps une critique économique, politique et culturelle – et, en même temps, analyse les conditions de possibilité d’une critique sociale. Ce faisant, on montre la proximité, avant la scission, du jeune Marx avec Bauer.

3. Leçons sur Nietzsche, héritier de Kant, Paris, Ellipses, 2015.
Il s’agit de la réécriture totale de ma thèse, vingt ans après et à l’aune de tous les travaux effectués depuis sur Nietzsche et surtout sur le néokantisme. J’y montre que la philosophie nietzschéenne est une philosophe du sens et nullement une philosophie de la vie, et comment Nietzsche peut être interprété comme un philosophe postkantien. Le soupçon nietzschéen m’apparaît comme un achèvement possible de la critique kantienne, et j’établis en outre des rapports entre ce que dit Nietzsche et la philosophie de Natorp.

4. La philosophie sociale de Paul Natorp, écrit en collaboration avec J. Servois, Paris, Vrin, 2015.
Il s’agit à la fois de mettre en évidence la généalogie de l’expression de « philosophie sociale » dans la philosophie allemande du dix-neuvième siècle, et le sens que revêt cette expression dans le néokantisme de Marbourg et plus précisément chez Natorp. Celui-ci prétend en effet, avec sa philosophie sociale qu’il s’agit de décrire en détail et qui est construite en rapport avec une réflexion sur les questions politiques et sociales qui lui sont contemporaines, achever la philosophie pratique de Kant.

5. Paul Natorp : de la « Psychologie générale » à la « Systématique philosophique », Paris, Vrin, 2010.
Cet essai montre comment Natorp, à l’époque marbourgeoise, élabore une théorie du sujet connaissant qui anticipe à bien des égards la phénoménologie husserlienne, puis la manière dont le philosophe sort des limites du néokantisme de Marbourg pour, à la fin de sa vie, instaurer un questionnement philosophique plus fondamental et originaire qui, anticipant cette fois l’entreprise heideggérienne, en revient contre la philosophie moderne à la question de l’être.

6. Les néokantiens, Paris, Vrin, 2003.
Ce livre détermine ce qu’est le néokantisme, à la fois historiquement et philosophiquement, met en évidence la spécificité des deux écoles rivales, celle de Marbourg et celle de Heidelberg, et, enfin, montre la spécificité de la position de chacun des trois grands représentants de chaque école (Cohen, Natorp et Cassirer pour Marbourg ; Windelband, Rickert et Lask pour Heidelberg).

7. Hermann Cohen : Introduction au néokantisme de Marbourg, Paris, P.U.F., 2001.
Ce travail est une présentation systématique de la philosophie cohénienne, qui montre comment, après trois ouvrages qui commentent les trois Critiques kantiennes, Cohen veut construire une logique de la connaissance, une éthique et une esthétique qui dépassent et achèvent le système critique. Il tente enfin de mettre en évidence la manière dont l’unification du système est fondée dans une philosophie de la religion qui se substitue à une psychologie initialement prévue.

Direction d’ouvrages

1. Philosophie sociale, direction du volume (choix des textes, présentation et traduction) en collaboration avec F. Fischbach et J. Servois, 2 vol. coll. Textes clés, Paris, Vrin, à paraître en 2022.
Cet ouvrage propose une présentation de la philosophie sociale et des problèmes qu’elle recouvre, à partir d’une présentation systématique et d’un choix de textes français, allemands, anglais et italiens (tous traduits), procédant selon un ordre thématique qui explore tous les champs couverts par la philosophie sociale depuis Hegel jusqu’à aujourd’hui Honneth.

C) Ouvrages pédagogiques

1. La force de vivre tout en fiches, co-écrit avec J. Servois, Paris, Dunod, 2020.
Cet ouvrage de 500 000 caractères prépare l’épreuve de français/philosophie des classes préparatoires scientifiques, il est consacré au thème « la démocratie » à travers les trois œuvres au programme, à savoir : Victor Hugo, Les Contemplations ; Nietzsche, Le gai savoir ; Alexievitch, La supplication.

2. La démocratie tout en fiches, co-écrit avec J. Servois, Paris, Dunod, 2019.
Cet ouvrage de 500 000 caractères prépare l’épreuve de français/philosophie des classes préparatoires scientifiques, il est consacré au thème « la démocratie » à travers les trois œuvres au programme, à savoir : Aristophane, Les cavaliers et L’assemblée des femmes ; Tocqueville, De la démocratie en Amérique ; Philip Roth, Le complot contre l’Amérique.

3. L’amour tout en fiches, co-écrit avec J. Servois, Paris, Dunod, 2018.
Cet ouvrage de 400 000 caractères prépare l’épreuve de français/philosophie des classes préparatoires scientifiques, il est consacré au thème « l’amour », à travers les trois œuvres au programme, à savoir : Platon, Banquet ; Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été ; Stendhal, La chartreuse de Parme.

II) Édition

Fondateur en 2008 et directeur de la collection « Philosophie et cinéma », chez Vrin, dont le comité éditorial comprend en outre Laurent Jullier (Professeur en études cinématographiques, Université de Nancy 2) et Julien Servois (Professeur de philosophie en classes préparatoires, Lycée Jacques Decour, Paris).
32 ouvrages publiés.

III) Articles, contributions dans des ouvrages collectifs et introductions

A) Esthétique, cinéma, musique

Articles dans des revues à comité de lecture

1. « La question sociale dans Stella Dallas (King Vidor, 1937) », à paraître dans Mises au point, n° 14 (2021) (75 000 signes).

2. « Qu’est-ce qu’une conception sociale de la musique ? (Adorno, la musique, l’Allemagne) », Philosophie (Éditions de Minuit), n° 142 (juin 2019) (95 000 signes).

3. « Usage et expérience du film », Mise au point, 8 (2016), https://map.revues.org/2104

4. « Ce que nous “dit” la musique. Conscience théorique et conscience esthétique », Kairos, 21 (2003).

5. « La physiologie de la musique de Nietzsche », Nietzsche Studien, vol. 30 (2001).

6. « Les lieder de Friedrich Nietzsche », Nietzsche Studien, vol. 28, 1999.

7. « L’esthétique musicale formaliste de Humain trop humain », Nietzsche Studien, vol. 28, 1999.

8. « Métaphysique de la musique dans Le monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer et dans La naissance de la tragédie de Nietzsche », Les Études philosophiques, n° 4/1997.

Contributions dans des ouvrages collectifs et introductions

1. « Le cinéma fantastique des années 70 à nos jours », article « Fantastique » dans l’Encyclopæedia Universalis, Universalia 2017.

2. « Une analyse de Heimkehr (G. Ucicky, 1941) », dans É. Dufour et F. Genton, Le national-socialisme dans son cinéma, revue de l’Institut des Langues et des Cultures d’Europe et d’Amérique (ILCEA, E.A. 613), juin 2015, https://ilcea.revues.org/3393

3. Introduction (en collaboration avec L. Jullier et A. Zielinska) à N. Carroll, Philosophie des films, trad. fr. É. Dufour, L. Jullier, J. Servois et A. Zielinska, Paris, Vrin, 2015.

4. « La représentation de la science dans le cinéma de science-fiction », dans J. Nacache (dir.), Cinéma et science, Alliage, n° 73 (2013).

5. Article « Horreur (Cinéma d’horreur) » dans le Dictionnaire de la violence, dirigé par Michela Marzano, Paris, P.U.F., 2011.

6. « Le rythme musical » (écrit en collaboration avec G. Mathon), dans Musique et temps, Paris, Les éditions de la Cité de la musique, 2008.

7. « Qu’est-ce que le cinéma d’horreur ? », Puissance de l’image, textes rassemblés par J.-C. Gens et P. Rodrigo, Éditions Universitaires de Dijon, 2007.

8. « Schoenberg face aux problèmes de l’esthétique musicale », dans « C’est ainsi que l’on crée… ». À propos de « La Main heureuse » de Schoenberg, ouvrage sous la direction de J. Caullier, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2003.

9. « L’année 1872 de Nietzsche : La naissance de la tragédie et Manfred Meditation », Nietzsche, sous la direction de M. Crépon, Les Cahiers de l’Herne, 2000.

B) Philosophie allemande

Articles dans des revues à comité de lecture

1. « Nietzsche and Kant. The Determination of Action », New Nietzsche Studies, The Journal of Nietzsche Society, vol. 9 (2014).

2. « Sens et vie chez Nietzsche », Philosophie (Éditions de Minuit), n° 95 (automne 2007).

3. « Le statut de l’espace esthétique dans la philosophie kantienne », écrit en collaboration avec Julien Servois, Kant Studien, n° 96 (2005).

4. « Remarques sur la note du paragraphe 26 de l’Analytique transcendantale : les interprétations de Cohen et de Heidegger », Kant Studien, 94 (2003).

5. « Le statut du singulier : Kant et le néokantisme de l’école de Marbourg », Kant Studien, 93 (2002).

6. « Le processus de formation des concepts dans la philosophie de Nietzsche », Philosophie (Éditions de Minuit), n° 66, 2000.

Contributions dans des ouvrages collectifs et introductions

1. « L’histoire selon Natorp », Der Begriff der Geschichte im Marburger und südwestdeutschen Neukantianismus, sous la dir. de C. Krijnen et M. de Launay, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2013.

2. « La notion de philosophie sociale chez Natorp », Histoires et définitions de la philosophie sociale, sous la dir. de E. Dufour, F. Fischbach et E. Renault, Recherches sur la philosophie et le langage, n° 28 (2012).

3. « Négation et altérité chez Hermann Cohen et Paul Natorp », Negation, Unendlichkeit und Andersheit im Neukantianismus, Actes du colloque de la Hermann Cohen Gesellschaft (février 2004), sous la dir. de P. Fiorato, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2009.

4. « Descartes à Marbourg », Descartes en Kant, sous la dir. de M. Fichant et J.-L. Marion, Paris, P.U.F., coll. Epiméthée, 2006.

5. « La philosophie de Wilhelm Windelband », Introduction à la traduction de W. Windelband, « Qu’est-ce que la philosophie ? » et autres textes, Paris, Vrin, 2002.

6. « Les trois éditions de La théorie kantienne de l’expérience de Cohen », Avant-propos à la traduction de H. Cohen, La théorie kantienne de l’expérience, Paris, Le Cerf, 2001

7. « L’interprétation cohénienne de la Critique de la raison pure de Kant », Introduction à la traduction de H. Cohen, Commentaire de la « Critique de la raison pure » de Kant, Paris, Le Cerf, 2000

8. Article « Néokantisme », Grand dictionnaire de la philosophie, sous la direction de M. Blay, Paris, A. Colin, 2002

9. Notices sur H. Rickert (« Validité logique et validité éthique »), W. Windelband (« Méthode critique ou méthode génétique ? »), E. Cassirer (« Le problème du symbole et sa place dans le système de la philosophie »), P. Natorp (« Logique générale »), dans Néokantismes et théorie de la connaissance, sous la direction de M. de Launay, Paris, Vrin, 2000.

Articles dans des revues sans comité de lecture

1. « Itinéraire initiatique et éternel retour dans Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche », L’Enseignement philosophique, n° 5 (juin 2001).

IV. Traductions

A) Esthétique, cinéma, musique

1. Traduction (en collaboration avec Laurent Jullier, Julien Servois et Anna Zielinska) de N. Carroll, Philosophie des films, Paris, Vrin, 2015.

B) Philosophie allemande

1. Traduction (en collaboration avec J. Servois) de R Jaeggi, Critique des formes de vie, Paris, Vrin, parution en 2022.

2. Traduction (en collaboration avec J. Servois) de P. Natorp, Psychologie générale, Paris, Vrin, 2008.

3. Traduction de W. Windelband, « Qu’est-ce que la philosophie ? », « Normes et lois de la nature », « Contribution à la théorie du jugement négatif », « Du système des catégories », « Philosophie de la culture et idéalisme transcendantal », « Logique », et Introduction de W. Windelband, « Qu’est-ce que la philosophie ? » et autres textes, Paris, Vrin, 2002.

4. Traduction (en collaboration avec J. Servois) et avant-propos de H. Cohen, La théorie kantienne de l’expérience, Paris, Éditions du Cerf, 2001.

5. Traduction de E. Cassirer, « Le problème du symbole et sa place dans le système de la philosophie », et de P. Natorp, « Logique générale », dans Néokantismes et théorie de la connaissance, sous la direction de Marc de Launay, Paris, Vrin, 2000.

6. Traduction, introduction, annotation et index raisonné de H. Cohen, Commentaire de la « Critique de la raison pure » de Kant, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

7. Traduction en collaboration avec J. Servois de H. Holzhey, « Dieu et l’âme. Les rapports entre la critique de la métaphysique et la philosophie de la religion chez Hermann Cohen », Revue de métaphysique et de morale, n° 3/1998.

Organisation de colloques et journées d’études

1. Star Wars : lecture sociales et culturelles, journée d’études organisé en collaboration avec Pierre Berthomieu et Laurent Jullier, Université de Paris Diderot, 18-19 décembre 2015

2. Le national-socialisme dans son cinéma, colloque organisé en collaboration avec François Genton, Cinémathèque de Grenoble, 5-7 juin 2013

3. Philosophie sociale et sciences sociales, colloque organisé en collaboration avec F. Fischbach et Emmanuel Renault, ENS Lyon, 24-25 mars 2011

4. Repenser les faits, colloque des jeunes chercheurs organisé en collaboration avec D. Vernant et A. Zielinska, Université Pierre Mendès France, 27-28 avril 2010

5. Histoires et définitions de la philosophie sociale, colloque organisé en collaboration avec F. Fischbach et E. Renault, Université Pierre Mendès France (Grenoble 2), 2-3-4 décembre 2009

6. Penser l’individu, journée d’études, 4 février 2009, Université Pierre Mendès France (Grenoble 2)

7. Les figures de la subjectivité et de l’aliénation au cinéma 2, colloque organisé à l’Université du Mirail (Toulouse) en partenariat avec le cinéma Le Cratère, les 14-15-16 mars 2008

8. Les figures de la subjectivité et de l’aliénation au cinéma 1, colloque organisé à l’Université du Mirail (Toulouse), en partenariat avec le cinéma Le Cratère, les 16-17-18 mai 2007

Direction de thèse

  • Ritz Mahaut, Sur les difficultés et le potentiel critique du concept de précarité, direction en collaboration avec Rahel Jaeggi (Humboldt-Universität, Berlin), thèse soutenue en novembre 2018.
  • Pantet Aymeric, Kaurismaki et Bresson, soutenance en octobre 2020
  • Arnaud Régis, Histoire et typologie du cinéma d’horreur dans la production française, thèse soutenue en décembre 2019.
  • de Brébisson Solène, L’état actuel des cinémas en Inde, inscrite en 2014 (soutenance prévue pour juin 2021).
  • Guégan Marie, La mise en scène du corps féminin dans le cinéma d’horreur contemporain, inscrite en 2014 (soutenance prévue pour septembre 2020).
  • Vargoz Frédérique, Le corps, les médias et les systèmes d’écriture dans la pensée de Friedrich Kittler, inscrite en 2015 (soutenance prévue pour septembre 2020).
  • Letendre Benoît, Todd Haynes : figures de la transgression, inscription en septembre 2020.




Mentions légales | Espace privé